• Nadège Pointeau

Se réconcilier avec son corps

Mis à jour : janv. 30



Day sens, coaching de performance visant le plein potentiel

Une période de transition confronte au corps. Soit en le ressentant par des douleurs ou de l’abattement, soit en le blâmant. Les deux postures sont très souffrantes.

Cette période alerte car le corps est le maître. Rien n’est réalisable sans lui. Cette période vous incite à le reconnaître, si ce n’est le rencontrer vraiment.


Un processus de transformation amène à la réconciliation entre la tête et le corps. Ce que le mental porte de messages contraignants (les paroles ou les expériences douloureuses), le corps ne peut les endurer. Il n’est pas fait pour ça.


Il faut donc agir autrement…


Un apprentissage qui prend en compte vos croyances aidantes, vos valeurs, votre essence profonde : c’est cela qui est voué à vivre à travers votre corps. Et cela se travaille !


Le corps : de l'émotion à la libération émotionnelle


Il constitue le lieu de tout. Notamment de la mémoire émotionnelle qui est à la base de tous les troubles. Le langage verbal n’est qu’une représentation secondaire de l’expérience humaine. Les fondements de cette expérience sont émotionnels, perceptifs et au final corporels. Le corps ne ment pas. Toute souffrance humaine est liée à un trouble de la conscience de soi dont la base est le corps, et non pas l’intellect ni la pensée.
  • La répétition…

Les souffrances humaines proviennent de la méconnaissance des réalités émotionnelles refoulées. Ce refoulement est source de perturbation de l’unité de la personne par le langage des rationalisations qui séparent l’individu de ses fondements existentiels. La répétition des mêmes comportements de détresse face aux situations critiques de la vie permet au praticien de découvrir la signification de l’émotion cachée génératrice de souffrance.

  • C’est l’émotion qui fait souffrir pas la situation…

La mémoire du corps est par essence émotionnelle.

  • L’accompagnement…

Il permet de se défaire des défenses mentales et de « descendre » dans son corps en sentant à travers lui l’émotion et le sens qui lui sont attachés. L’accompagnement permet d’aller de proche en proche à la découverte de ces émotions. Il s’agit de reconnecter la pensée aux sources même du vécu afin que la personne pense par son corps et non plus par son corps défendant. C’est ainsi que se produit la réconciliation du cœur et de la pensée : par la découverte de l’émotion contenue dans le corps.

  • Pour une libération émotionnelle…

Cette libération permet de « désengrammer » la personne et de la libérer pour plus d’autonomie et de responsabilité.



La mémoire du corps


Se confronter à la mémoire du corps dans sa couche physique permet de s’approprier ce qui fait souffrir et d’impulser un contre-mouvement pour s’en libérer. Comme si le corps pouvait lâcher la douleur et la diluer. Ce chemin de conscience s’effectue en 4 étapes.

  • S’informer et voir…

C’est ouvrir les yeux sur les événements qui ont eu de l’importance. Parfois cela prend des années. Dans cette phase apparaissent toutes les blessures et les stratégies de survie : schémas répétitifs, comportements aberrants, les habitudes, les conditionnements… C’est la sortie des illusions. Les informations qui entrent en conscience entrent aussi en contact avec le corps qui les a engrammées.

  • Se désinformer et accepter…

C’est la désactivation de ces informations. Cela passe par l’acceptation de ce qui a nourri ces informations : nos peurs insensées, nos angoisses insurmontables, nos rancœurs… Dans cette phase, on utilise beaucoup les symboles car on s’éloigne de l’intellect pour aller plus dans le corps. « Tout » travaille à l’intérieur. On se sent perdu, remué, brassé… Puis à un moment les résistances lâchent prise et le corps dit la blessure initiale.

  • Désactiver la mémoire…

Le corps recontacte la douleur initiale et la transforme dans un choix conscient. La libération profonde et tranquille s’opère.

  • Se réinformer et transformer…

La mémoire de la blessure initiale n’a pas disparu mais elle n’a plus la même vibration. Ainsi, la personne en conscience est capable d’inventer d’autres façons d’agir et de réagir. La conscience s’entretient, se nourrit, se construit. Elle s’incarne dans des choix de vie, des cheminements intérieurs qui n’ont de valeur que parce qu’ils sont concrets, réels et traduisibles.


Travailler la mémoire du corps


Travailler sur la mémoire du corps c’est traverser 4 couches, l’une après l’autre, pour atteindre la blessure initiale. Ce travail de mémoire du corps s’apparente à une descente dans le corps, comme dans un bocal.

  • La couche intellectuelle…

C’est celle du dessus. C’est la zone tampon entre notre être et la réalité. Notre capacité à apprendre, à réfléchir, à analyser nous protège des dangers. Mais elle peut aussi nous protéger durablement des progrès. Car le cerveau garde en mémoire les situations blessantes et envoie de puissants signaux d’alerte quand des situations apparentées se présentent.

  • La couche émotionnelle…

C’est celle qui bouillonne, qui exulte, qui sanglote, qui tempête… Le va-et-vient entre intellect et émotionnel empêche les larmes, l’angoisse, la peur etc… En effet, l’émotionnel met hors-de-soi alors que l’émotion est le fruit d’un bonheur ou d‘une souffrance ; la ressentir, c’est être en soi.

  • La couche sensorielle…

Les sensations approchent de ce que dit le corps. Les massages, la relaxation, la respiration peuvent aider à entrer en contact avec cette part sensorielle quand la conscience a enfoui ces sensations.

  • La couche physique, le mur…

C’est l’écoute du corps. On n’y accède que nu et sans armes. C’est la raison pour laquelle c’est extrêmement éprouvant. Ce « forage » consiste à être dans son corps et non plus sentir une partie seulement de son corps. C’est pénible mais libérateur car au cœur du corps qui souffre et se débat se trouve les empreintes de ce qui fait souffrir. Donc le passage pour en sortir.


Vous pouvez aussi lire l'article sur "Changer ses comportements".


Day sens : Un pas vers la conscience, le présent dans la confiance.

ÉCOUTER, RECONNAITRE, AGIR


#corps #daysens #processusdetransformation #transitionpersonnelle #transitionprofessionnelle #coaching #liberationemotionnelle #confianceensoi #estimedesoi #amourdesoi #respectducorps #douceur #beauté #puissanceintérieure #leadership #management #leadershipintuitif #managementintuitif #potentiel #pleinpotentiel #coaching #coach #angers #gestiondecrise #gestiondeconflit #creationdevaleur #valorisation #vision #maitrisedesoi #conscience #present #travailsursoi #intelligenceemotionnelle #intelligencecollective #posture #dirigeant #manager #entrepreneur #emotions #gestiondesemotions

Contact

Nadège Pointeau

Coach professionnelle certifiée (niveau I, Paris).

Consultante en transformation culturelle.

Adhérente et référencée EMCC

Spécialisée en intelligence émotionnelle (plein potentiel, leadership)

​​​​Tél : 06 24 61 83 01

​Angers

pointeaunadege@gmail.com

Séances en cabinet, visio ou téléphone.

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • index

© 2020 par Day sens